Pas encore de commentaires

Une nouvelle étude sur l’impact de l’atrophie cérébelleuse sur les autres régions du cerveau chez les personnes atteintes d’une ataxie

L’article scientifique, Impact of cerebellar atrophy on cortical gray matter and cerebellar peduncles as assessed by voxel-ased morphometry and high angular resolution diffusion imaging, paru dans le journal Functional Neurology, étudie l’impact de l’atrophie cérébelleuse sur les autres régions du cerveau. Des découvertes récentes ont démontré que le cervelet avait aussi des fonctions cognitives et émotionnelles et ce, à partir de connexions avec d’autres régions du cerveau. Ces connexions n’étant pas encore bien définies, les chercheurs de l’IRCCS Santa Lucia Foundation en Italie se sont donc penchés sur l’étude des impacts de l’atrophie cérébelleuse, impacts provoqués par l’ataxie, sur les autres régions du cerveau pouvant ainsi expliquer des symptômes d’ordre cognitif ou émotionnel.

Les résultats de l’étude ont démontré que différentes régions du cerveau ont subi une diminution symétrique du volume de la matière grise des patients par rapport aux témoins normaux. Comme le cervelet, la région du noyau caudé est liée aux mouvements volontaires. Par contre, le gyrus cingulaire est impliqué dans le contrôle émotionnel, la récupération de la mémoire et la cognition générale, tandis que le cortex orbitofrontal est lié à la prise de décision et à la régulation des réactions émotionnelles. Ainsi, la diminution du volume de la matière grise dans ces régions pourrait expliquer d’autres symptômes qui ne sont pas liés aux fonctions motrices du cervelet.

Pour lire l’étude dans son intégralité (article seulement disponible en anglais), cliquez ici !

 

Publier un commentaire