Avec l’ataxie, le cervelet ne joue plus son rôle dans l’ajustement des mouvements qui nécessitent coordination, contraction et décontraction des muscles. Il ne permet plus d’accomplir les automatismes appris dans notre jeune temps, exemple la marche.

C’est pourquoi, dans l’ataxie, on rencontre des problèmes au niveau de l’équilibre, de la posture, des mouvements volontaires et automatiques et qu’on constate un déficit du contrôle et de l’ajustement des postures ainsi que des mouvements nécessaires à la respiration, la mastication, la déglutition, la voix, l’articulation de la parole et l’écriture.

On ne peut guérir ces problèmes reliés à l’ataxie, mais on peut traiter les symptômes qui en découlent.

Les traitements d’orthophonie (la parole) et de physiothérapie (troubles moteurs) sont offerts par des professionnels de la santé qui vont intervenir auprès des personnes atteintes de troubles cérébelleux en les accompagnant dans la réalisation d’exercices spécialement conçus pour leurs besoins respectifs.

La pratique régulière de ces exercices aura pour but de maintenir les acquis et d’améliorer certaines fonctions. L’efficacité des traitements dépendra entre autres, de leurs fréquences, de la motivation des bénéficiaires, de leur capacité physique et de la sévérité de l’atteinte.

Les traitements se prolongent sur du long terme. Le programme d’exercices est axé sur la répétition régulière des exercices pour en favoriser l’apprentissage.

Les personnes traitantes guident les bénéficiaires tout au cours de leur performance. Elles expliquent, conseillent, encouragent, corrigent et planifient le contenu de chacune des sessions dépendamment de l’évolution de l’ataxie et des résultats. Elles préparent également le programme d’exercices à la maison.

L’objectif de ces professionnels est de diminuer les efforts fournis, les mauvaises habitudes et procurer un mieux-être. Les bénéficiaires connaîtront davantage leur état et seront en mesure de s’ajuster.

Ces deux traitements se complètent très bien et les ataxiques n’ont rien à perdre et tout à gagner à en bénéficier.

Le rôle de l’orthophoniste :

  • amélioration des mouvements de la respiration;
  • maîtrise du mécanisme de la déglutition;
  • contrôle de l’articulation;
  • contrôle du débit du langage (vitesse);
  • contrôle de la voix (la tonalité);
  • contrôle des gestes de la main accompagnant le langage;
  • maîtrise des mouvements de l’écriture.

Le rôle de la physiothérapeute :

  • renforcir, étirer, assouplir les muscles;
  • améliorer la posture dans toutes les positions;
  • amélioration le patron de marche

dans le but de :

  • diminuer les maux de dos, les spasmes, les rétractions musculaires;
  • empêcher les déformations osseuses;
  • faire des transferts plus aisément;
  • bref, améliorer tout le système moteur, donc l’ensemble de l’état physique.

Ergothérapie pour une autonomie quotidienne

À cause de l’évolution de l’ataxie, la personne subira une perte de capacité à exécuter des tâches quotidiennes, telles que se vêtir, faire sa toilette, préparer ses repas ou participer à ses loisirs et passe-temps.

Les ergothérapeutes, qui sont des professionnels de la santé, peuvent aider les personnes ataxiques à conserver un mode de vie autonome. Ils analysent leur niveau d’autonomie, leurs habilités pour effectuer les occupations, évaluent leur milieu de vie, prennent note des tâches que la personne doit accomplir quotidiennement, ses habitudes, la présence des aides physiques, le milieu dans lequel ils vivent et l’accessibilité des lieux.

Les ergothérapeutes travaillent à découvrir des solutions aux problèmes fonctionnels. Ils aident ces personnes à demeurer dans leur logement ou résidence, à exécuter des tâches quotidiennes, à se promener, à travailler et à se divertir à recevoir des soins personnels.

La personne bénéficiaire est perçue comme un être global avec des besoins, des goûts et des habitudes qui seront susceptibles de changer. Il ne faut jamais oublier cependant que l’autonomie doit primer car l’autonomie est une liberté.

Quelques interventions de l’ergothérapeute:

  1. suggérer des changements dans la résidence pour la rendre plus accessible et sécuritaire (éliminer barrières architecturales);
  2. trouver des solutions pour économiser la dépense d’énergie dans l’exécution des tâches quotidiennes, de sorte qu’ils leur en reste suffisamment pour faire autre chose;
  3. recommander l’usage ou le remplacement d’un appareil qui est plus avantageux pour la mobilité et l’autonomie;
  4. obtenir des informations par le biais de questionnaires, d’entrevues et de mises en situation concrète;
  5. guider la personne vers l’identification des difficultés;
  6. rechercher des services de soutien.